Dupont C., in press 2016- Could occupation duration be related to the diversity of faunal remains in Mesolithic shell middens along the European Atlantic seaboard? Quaternary International. Intertidal resources IUSPP. 10p.DOI: 10.1016/j.quaint.2016.01.039

 


Résumé des données bibliographiques concernant les modes d’occupation des populations côtières mésolithiques ayant consommé des mollusques marins avec les critères utilisés par les auteurs pour définir les modèles d’organisation économique

Summary of literature concerning the mode of occupation of coastal shellfish-consuming Mesolithic populations with sources of criteria used to define the model of economic organization

 

Résumé

 

Dans le but de définir les populations mésolithiques qui se sont installées sur le trait de côte de l’atlantique européen, il est essentiel d’avoir accès à la durée et au rythme d’occupation de ces populations. Bien que notre connaissance de la distribution géographique de ces populations est largement tronquée par les biais archéologiques, la présence de plus de 240 amas coquilliers mésolithiques le long de la façade Atlantique européenne nous permet d’établir une vue d’ensemble des données publiées sur les modèles d’occupation (saisonnier, permanent, récurrent ou limité à temps) de ces groupes de chasseurs-cueilleurs maritimes. Un examen de la littérature montre que les informations sur des occupations humaines manquent pour beaucoup d’amas coquilliers mésolithiques connus. De plus, les données menant à l’identification de modèles d’occupation s’avèrent être très hétérogènes d’un site à un autre. Les mollusques marins jouent un rôle spécial parmi les artefacts utilisés pour définir l’attraction de populations humaines pour la côte et nous aider à comprendre ces occupations humaines. Bien que les mollusques représentent un composant majeur des amas coquilliers mésolithiques, plusieurs décennies ont été nécessaires pour que l’analyse de ces restes de faune soit considérée dès la phase de fouille. Une des questions abordées ici est de savoir si la diversité de restes de faune dans ces amas coquilliers mésolithiques peut être liée à la durée d’occupations humaines sur le trait de côte. Cette question est basée sur l’idée que les gens restant sur le même lieu d’implantation durant plusieurs saisons peuvent explorer les environs du site de façon plus détaillée. Dans cet article nous observons que la diversité de restes fauniques, y compris des coquillages, n’est pas seulement dépendante sur la façon dont ont vécu les populations côtières et de la durée d’implantation des sites. Elle est aussi affectée par d’autres facteurs, comme l’accessibilité d’environnements plus ou moins diversifiés et de leurs ressources dans la proximité de sites, et le degré d’adaptation de populations exploitant des ressources similaires.

 

Abstract

 

In order to define the Mesolithic populations that came to settle on the European Atlantic seaboard, it is essential to assess the duration and continuity of human occupation. Although our knowledge of the geographical distribution of these populations is largely truncated by archaeological bias, the presence of more than 240 Mesolithic shell middens along the European Atlantic coast enables us to establish an overview of the published data on the dwelling patterns (seasonal, permanent, recurrent or limited in time) of these groups of maritime hunter-gatherers. A review of the literature shows that information on human occupations is lacking for many known Mesolithic shell middens. Moreover, the data leading to the identification of settlement patterns prove to be very heterogeneous from one site to another. Marine molluscs play a special role among the artefacts used to define the attraction of human populations for the coast, and help us to understand settlement. Although molluscs represent a major component of Mesolithic shell middens, it has taken several decades for the analysis of these faunal remains to be considered from the outset in excavations. One of the questions addressed here is whether the diversity of faunal remains in these shell middens can be related to the duration of human occupations on the coast. This question is based on the idea that people staying in the same settlement for several seasons can explore the surrounding area in greater detail. In this paper we observe that the diversity of faunal remains, including seashells, is not only dependent on the way of life of coastal people and settlement duration. It also affects other factors, such as the accessibility of more or less diversified environments and their resources in the vicinity of settlements and the degree of adaptability of humans exploiting similar resources.