Flux RSS

Keyword - Union Européenne

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 6 février 2015

BCE, Tsipras et les banques grecques

Un très bon article du Captain concernant l’annonce récente de la BCE de ne plus accepter les titres publics grecs en garantie.

A lire ici.

mardi 7 octobre 2014

Allemagne, déflation et chômage

Les liens concernant des articles cités en cours aujourd’hui (M2 IEF et L3 ME) :

La BCE peut-elle sortir la zone euro de la déflation ?

Faut-il forcément plus de flexibilité pour relancer l’emploi ?

Alerte rouge sur la croissance allemande.

lundi 29 septembre 2014

L'euro chute... Enfin !

Une éclaircie ? En tout cas, la baisse du taux de change euro-dollar reste une bonne nouvelle pour les firmes françaises qui exportent notamment en zone dollar. Et donc une bonne nouvelle pour la croissance française.

Il y a un an, l’euro frôlait 1,4 dollar. Désormais, sa valeur est inférieure à 1,27 : soit une dépréciation de 9%.

Mais cette bonne nouvelle est à nuancer et ce pour deux raisons étudiées en cours :

1) il faut s’intéresser au taux de change réel. Et selon Le Figaro, la dépréciation du TCR n’est que de 3,5% depuis mai 2014.

2) la courbe en J nous indique que les effets positifs sur la balance commerciale devraient apparaître que dans 6 mois à 1 an.

En revanche, l’horizon s’assombrit pour l’Allemagne : l’Allemagne en déclin.

lundi 10 février 2014

L'Euro surévalué ?

Pour notre ministre du redressement productif, l’euro est surévalué (par rapport au dollar) et pénalise nos exportations (à lire ici). Une dépréciation de l’euro permettrait d’améliorer notre compétitivité et de redresser notre balance commerciale. Notre balance commerciale est déficitaire depuis plusieurs années et c’est ce caractère permanent qui devient problématique.

Ainsi, est-ce qu’une dépréciation nominale de l’euro permettrait un redressement productif de notre pays ?

La réponse est oui. En tout cas, le CAE le démontre : une dépréciation de 10% de la monnaie unique entraînerait une augmentation de 0,6 % du PIB au bout d’un an.

Cependant, cette réponse ne peut être que temporaire et ne pourrait être suffisante face à un problème structurel. Les exportations comme les importations concernent pour 50 à 60% des échanges avec d’autres économies européennes (et donc non concernés par les variations de taux de change). Cependant, la part des échanges français à destination ou en provenance du reste de l’Europe tend à diminuer. Si cette tendance se confirme, alors la politique de la dépréciation pourra devenir une vraie réponse.

vendredi 29 novembre 2013

Revue de presse : moins de chômage mais toujours peu de croissance

Un nouveau billet (après avoir pris soin de dépoussiérer un peu le blog) pour faire écho de l’actualité (plutôt riche en ce moment).

Pour Les Echos (La hausse du chômage est enrayée), on ne peut pas encore parler d’inversion de la courbe du chômage. Néanmoins, le chômage de catégorie A a diminué de 25000 personnes au mois d’octobre, ce qui reste une bonne nouvelle.

On peut toujours se demander si cette baisse va se confirmer. Ce qui transformerait cette pause dans la montée du chômage en inversion de courbe. Il faut pour cela s’intéresser aux perspectives de croissance puisqu’il est nécessaire, selon Blanchard et Cohen (Macroéconomie, p223 dans la 6ème édition), au moins 2,5% de croissance pour que le chômage commence à baisser en France. Visiblement, les prévisions de croissance ne vont pas jusqu’à 2,5 points de croissance (Les Echos : les économistes ne croient pas à un reflux durable du chômage avant un an).  Ces prévisions de croissance vont de 0,6 à 1,3%.

Autre article intéressant,The euro and price convergence: you wanted it...you got it. En se basant sur des produits de marques connus et répandus en Europe (Ikea, Zara, H&M et Apple), les auteurs montrent que la convergence des prix s’observe davantage au sein de la zone euro qu’entre pays ayant des monnaies différentes (avec système de changes flexibles ou fixes). Mais on est encore loin d’une zone monétaire optimale...

lundi 4 février 2013

Budget de l'UE pour 2014-2020

Les pays membres de l’UE débutent des négociations qui s’annoncent très difficiles en vue du prochain sommet européen du 7 et 8 février.

Objectif : déterminer le prochain budget de l’UE.

Actuellement, il représente environ 1000 milliards d’euros soit 1% du PIB. Autrement dit, rien...

A lire dans Les Echos un article intéressant sur ces négociations.